Membres

vendredi 20 avril 2018

Débâcle de Lize Spit







4° de couverture 

À Bovenmeer, un petit village flamand, seuls trois bébés sont nés en 1988 : Laurens, Pim et Eva. Enfants, les “trois mous­quetaires” sont inséparables, mais à l’adolescence leurs rap­ports, insidieusement, se fissurent.
 Un été de canicule, les deux garçons conçoivent un plan : faire se déshabiller devant eux, et plus si possible, les plus jolies filles du village. Pour cela, ils imaginent un stratagème : la candidate devra résoudre une énigme en posant des questions ; à chaque erreur, il lui faudra enlever un vêtement.
 Eva doit fournir l’énigme et ser­vir d’arbitre si elle veut rester dans la bande. 
Elle accepte, sans savoir encore que cet “été meurtrier” la marquera à jamais. 
Treize ans plus tard, devenue adulte, Eva retourne pour la première fois dans son village natal. 
Cette fois, c’est elle qui a un plan…
Véritable coup de tonnerre dans le paysage littéraire aux Pays-Bas et en Belgique, immense succès de librairie qui a valu à son auteur les plus grands éloges, Débâcle est un roman choc, servi par une écriture hyperréaliste et intransigeante. 
Une expérience de lecture inoubliable.

 
 
Mon ressenti 

 
 
Je viens de me prendre une grosse claque littéraire, ce roman m'a envouté, impossible pour moi de le lâcher jusqu'à la fin.
 Il restera gravé dans mon esprit pendant un certain temps, il me faudra du temps pour le digérer. 
 En refermant ce livre j'avais des larmes aux yeux et j'ai ressentie une émotion indescriptible. 
Je remercie ceux qui me l'ont conseillé et surtout ceux qui ont critiqué la couverture, c'est grâce à eux que j'ai découvert ce chef d’œuvre. 
Mon esprit indiscipliné et mon côté " J'en ai rien à foutre" me font découvrir des joyaux, car pour choisir un livre j'écoute souvent mon instinct, pour le moment, il ne m'a pas souvent déçu.
Ce livre est tellement beau et bien écrit, je me suis attachée aux personnages abimés par leur quotidien, une famille usée par l'alcoolisme des parents, une situation qui les mènent au bord d'un précipice. 
"L'alcool détruit tout sur son passage et fait souvent exploser les familles par des drames 
violant qui traumatisent à vie.  "
Une ambiance parfois glauque dans ce petit village où les gens parfois préfèrent cacher les vérités.  
La violence de l'adolescence qui fait découvrir la vie d'une façon terrifiante.
Dramatique, l'histoire des trois Mousquetaires m'a vraiment déchirée le cœur, parfois il y a des moments tellement insoutenables que vous devrez lever les yeux de votre lecture pour respirer.

Je vous conseille donc de lire ce roman choc, il est excellent, c'est beau et dur mais surtout il m'a coupé le souffle, bravo à Lize Spit, quel talent.


Auteur
 
 

 
Lize Spit est née en 1988 et a grandi dans la région d’Anvers. Après des études de cinéma, elle enseigne à Bruxelles, où elle vit, l’écriture de scénarios. Son premier roman lui a valu trois prix littéraires importants aux Pays-Bas et en Belgique.
 
http://www.rtbf.be/embed/m/partner/groupepresse/sudpresse_video?id=2322837



 
 
 

 

mercredi 18 avril 2018

La petite gauloise de Jérôme Leroy




4° de couverture 

Dans une grande ville de l'Ouest, le temps est suspendu et l'on s'attend au pire.
Enfin, si seulement on savait à quoi s'attendre...
Mais il aurait fallu que l'indic parle plus tôt.
Ou que le flic auquel il s'est confié avant d'être descendu ne soit pas lui aussi tué par erreur.
Il aurait fallu que les types qui préparent le coup ne se retrouvent pas éparpillés aux quatre coins de la ville, planqués dans des caves et des entrepôts.
Il aurait fallu que cette affaire-là ressemble à ce que l'on connaît.
Seulement qui pouvait prévoir que tout repose entre les mains d'une gamine encore au lycée, de cette petite Gauloise mystérieuse et prête à tout pour que sa vie est un sens ?


Mon ressenti 


C'est un roman qui nous raconte une histoire très dramatique mais d'une façon très atypique et drôle donc ça passe beaucoup mieux comme ça.
 Voilà du coup les drames qui se passent dans ce roman sont beaucoup plus digeste et ça fout moins les chtons.
C’est poignant et ça bouge bien je me suis régalée, un prof obsédé, un flic complétement con, une jeune écrivaine un peu bizarre et surtout des voyous qui parfois se trouvent pas au bon endroit au bon moment, tant pis pour eux.
J'ai bien aimé ce style de livre qui raconte quand même une préparation d'attentat par une bande d’extrémiste qui vont utiliser une pauvre gamine complément paumée.
Mais pour moi cette histoire reste assez réaliste de ce qui peut se passer en réel, car beaucoup trop de  jeunes sont embarqués dans cette sordide guerre contre les gens qui sont vivant.
Moitié amusant et moitié terrifiant je pense que ce roman nous raconte la banlieue, les jeunes qui n'ont plus aucun respect et les personnes qui vivent dans le monde des bisounours pour ne pas affronter la réalité.
 La petite Gauloise peut se trouver partout autour de nous, dans notre entourage alors prenez garde à vous de ne pas vous trouver à côté d’elle.
Voilà mon avis et je ne regrette pas de l'avoir pris au salon du livre à Metz où j'ai eu le plaisir de rencontrer l'auteur de la petite gauloise.




Auteur



Jérôme Leroy est né à Rouen le 29 août 1964, il a été professeur de français dans un collège du Nord, avant de se consacrer à la littérature. Il est l'auteur de romans, de nouvelles et de poèmes.

Ses livres mélangent les genres du roman noir, du roman policier et de l'anticipation. Son thème de prédilection est le monde futur, gangrené par le consumérisme. La société y apparaît comme envahie par la technique, qui détruit la poésie du monde et l'homme. Dans ses romans, on trouve souvent une minorité (ses héros) cultivée, hédoniste et détachée des valeurs matérielles, qui s'oppose à une foule déshumanisée et rongée par les épidémies, l'individualisme et la technologie.

A noter également son implication dans l'analyse des extrémismes politiques qu'ils soient de droite, comme dans "Le Bloc" (Prix Michel-Lebrun 2012) ou de gauche, voir "La grande Môme" ou "Jugan".

Dans "Le Bloc" il se livre avec pertinence à un examen pointu et très documenté de la montée du Front National depuis sa création."Norlande" (Syros 2013) reçoit en 2013 le prix de la revue NRP et le prix Jean-Claude Izzo 2014. Dans ce livre Jérôme Leroy nous transporte dans un pays imaginaire (qui ressemble à la Norvège) et nous raconte la tragédie qui a eu lieu le 22 juillet 2011 sur l’île d’Utoya en Norvège.

"L'Ange gardien", paru en septembre 2014, dans la même collection, prolonge l'univers du Bloc à travers une belle histoire d'amour et reçoit pour sa part le Prix des lecteurs Quais du Polar/20 Minutes 2015.

Dans son dernier roman, "Un peu tard dans la saison", publié aux éditions de La Table Ronde, Jérôme Leroy explore l’un de ses thèmes de prédilection : la disparition de notre société.

mardi 17 avril 2018

La religion de ma mère de Karim Akouche



4° de couverture 



" Ma mère priait Dieu avec ses gestes.
C'est avec ses mots qu'elle célébrait l'esprit des ancètres.
Sa Mecque, c'était sa terre.
Ses prophètes, c'était ses enfants.
Je me rappelle ce qu'elle a répondu à mon frère lorsqu'il lui a dit qu'elle priait dans la direction opposée à la Mecque:
_ Je prépare le couscous, je surveille la marmite.
En me voyant m'initier à la prière, accroupi, mon front touchant le sol, elle a gloussé de ma naiveté:
_ Va jouer avec tes copains !
Dieu n'a inventé la prière que pour les croulants.
C'est pour qu'ils obtiennent leur ticket vers le paradis.
J'ai plié et rangé le Coran.
Si tous les algériens avaient entendu le conseil de ma mère, ils auraient épargné à leur pays une décennie de sang et de folie.
Je ne suis d'aucune religion. Je suis de la religion de ma mère. "

Son père a perdu la raison. Son frère dérive vers le djihadisme.
La fille qu'il aima se prostitue. Le pays que retrouve Mirak, après des années d'exil, est méconnaissable.
L'Algérie avait le visage de sa mère.
Aujourd'hui, ses traits sont déformés par la violence et la folie.
Mais au sein du chaos, ils n'ont rien perdu de leur âpre beauté.
Elle éclate dans ce roman picaresque, comme aveuglé d'images.


Mon ressenti


C'est un roman très fort en émotions, car c'est un  livre qui parle du deuil et le départ d'une mère c'est terriblement douloureux.
 C'est aussi le deuil de son pays et de sa famille car quand on retourne dans un endroit où plus rien n'est comme avant car les gens ont changé.
 C'est triste mais c'est aussi beau car c'est très bien écrit, des souvenirs pénibles et des retrouvailles décevantes, quand il suffit de faire courir son crayon sur une feuille de papier pour ressortir toutes les souffrances qui restent à l’intérieur de soi.
Il y a des passages très durs mais qui montre la violence et la souffrance subit pendant ce voyage d'adieu. 
J'ai lu d'un trait ce roman car au salon du livre à Metz il m'a fait de l’œil plusieurs fois, je devais le lire et encore une fois je mange des phrases, des mots et je trébuche sur des émotions qui ne  sont pas les miennes mais qui me font du bien.
J'ai juste trouvé la fin un peu triste mais je me suis dit :
_ C'est un peu une deuxième naissance, dans un autre endroit, un nouveau pays et une nouvelle vie pour notre personnage, Marik qui a perdu beaucoup plus que sa mère.
Déraciné, il devra se reconstruire.
 Cela prouve encore une fois que dans ce monde les religions ne font pas du bien surtout à ceux qui tombent dans les extrêmes.
Comme toutes les addictions, la religion est à consommer avec modération.
Merci pour la belle dédicace elle m'a beaucoup touchée car j'aime les mots et la liberté, merci beaucoup à l'auteur pour sa gentillesse et sa belle âme. 


Auteur 

Salon du livre à Metz le 14 avril 2018



Malik Akouche

Né en Kabylie (Algérie), Karim Akouche, poète, romancier et dramaturge, vit au Québec depuis 2008. Il est l’auteur, entre autres, de Allah au pays des enfants perdus, un roman sans tabous sur l’Algérie d’aujourd’hui, et de la pièce de théâtre Qui viendra fleurir ma tombe ?.
 Sa récente pièce Toute femme est une étoile qui pleure, où il dénonce l’islam radical, les oppressantes traditions, l’excision et la marchandisation du corps de la femme, a eu un franc succès à la Place des Arts de Montréal les 10, 11, 12 et 13 octobre 2013.
 Il a publié récemment un conte, J'épouserai le Petit Prince.
 Sa liberté de ton, son engagement contre l’obscurantisme et en faveur de l’identité berbère, à l’instar de son intervention musclée dans le documentaire Mon Algérie et la vôtre diffusé aux Grands Reportages et à Zone Doc de RDI, lui ont valu des menaces.
Son roman, La religion de ma mère est publié en Septembre 2017 par les éditions Ecriture et le dernier essais, Lettre à un soldat d'Allah en mars 2018.





Voilà encore très heureuse de cette belle rencontre et je peux confirmer que la lecture et l'écriture apportent beaucoup de sérénité dans ce monde en guerre contre le terrorisme.

Boréal de Sonja Delzongle



4° de couverture 

Janvier 2017, au Groenland.
Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel.
On peut y lire une peur intense.
C'est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace.
Puis un autre, et encore un autre.
Autour d'eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière.
Pour comprendre l'origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes.
Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s'immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland.
Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire.
Le lendemain a lieu la première disparition.


Mon ressenti 




Alors avec ce roman, Sonja a vraiment réussi à me faire frissonner du début à la fin, on a de l'action, des meurtres et surtout la nature prend une part importante dans cette histoire effrayante.
Des animaux et aussi des humains qui se retrouvent piégés dans cet endroit glacial, où la mort tourne autour de chaque personnage, elle rôde et elle se nourrit de leurs âmes jusqu'au moment où elle les rend dingues.
En tout cas au Groenland, il y a toujours de quoi manger, pour les Ours et aussi pour les êtres humains, il fait bon se rassasier au coin d'un bon feu dans la pénombre. Bon appétit les amis.
L'histoire de Luv est vraiment dramatique mais suite à cette expédition dans le pôle Nord, sa vie va vite tourner en cauchemar, je ne raconte pas plus car il faut vraiment avoir le cœur bien accroché et c'est à vous de le découvrir.
Ce roman est un cri, un hurlement contre la destruction de notre planète et de ses habitants.
Les puissances avides de pouvoir et d'argent continuent de polluer, de tuer les espèces en voie de disparition et surtout ils continuent de lancer leurs bombes partout sur la planète. Triste Monde.

Il y a une citation d'un grand chef indien apache qui dit:

"Quand le dernier arbre aura été abattu, la dernière rivière empoisonnée et le dernier poisson péché alors l'homme s'apercevra que l'argent ne se mange pas.   Géronimo (1829-1909)"


Je pense qu'il est nécessaire d'écrire des romans sur ce sujet et de continuer de se battre pour que le monde change même si parfois on a l'impression qu'ils sont sourds, il ne faut pas perdre espoir.
 Je termine mon avis par un grand Bravo à Sonja Delzongle, j'ai adoré et bon voyage pour le prochain.


Auteur 

Sonja Delzongle




Née à Troyes, le 28/08/1967,d'un père français et d'une mère serbe, elle a grandi entre Dijon et la Serbie. Elle a mené une vie de bohème, entre emplois divers (les plus marquants ayant été le commerce artisanal africain-asiatique et la tenue d’un bar de nuit) et écriture.

Diplômée des Beaux-Arts de Dijon, Sonja (Sonia) Delzongle est journaliste et romancière.

"À Titre posthume" (2009), un thriller dont l’intrigue se déroule dans le monde de l’édition, est son deuxième roman après "La Journée d’un sniper" paru en 2007 chez Jacques André Éditeur, Lyon.
Le hameau des purs édité en 2011.
C’est en 2011 qu’elle commence l’écriture de "Dust". Sa passion pour l’Afrique, qui remonte à sa petite enfance, l’a amenée à y faire de multiples séjours. Elle a reçu le Prix Anguille sous roche 2015 pour "Dust".
Quand la neige danse en 2016, Récidive en 2017 et Boréal en 2018.
Dana Skoll est son pseudonyme pour la littérature jeunesse et fantasy.

son blog : http://sonia-blogart.blogspot.fr/
 page Facebook : https://www.facebook.com/Sonja-Delzongle-1403988013229391/


Sonja Delzongle au salon du livre à Metz le 15 avril 2018 et moi qui rigole comme une loutre.


mardi 10 avril 2018

Papiyon de Virgine Krahn et Didier Hippon




4° de couverture 

A travers les mots, les poètes Virginie Krahn et Didier Hippon nous proposent un voyage initiatique et poétique sur le thème de la Guadeloupe.
Etant tous les deux originaires de l'île << Papiyon >>, leurs sentiments, leurs émotions et leurs coeurs se dessinent dans ces écrits.
Poèmes à déguster avec les yeux et sans modération...





Mon ressenti



C'est en lisant ce petit recueil de poèmes que toutes les senteurs de l'archipel de la Guadeloupe sont remontées dans ma tête, le parfum des fleurs, le chant des oiseaux exotiques, les couleurs des caraïbes et le bleu azur du ciel dégradés avec la mer des Antilles. Je me souviens de tous ces animaux qui couraient en liberté dans les grands-fonds du Gosier. L'odeur du poulet boucané en rentrant à la maison et ils me manquent tous ces plats créoles que j'ai dégusté avec appétit.
J'ai ressenti l'amour que nos deux poètes ont pour leur terre natale et la chaleur des repas de famille où le rhum et les épices réchauffent les gens de ces magnifiques îles.
Parfois les tempêtes tropicales sont tellement fortes qu'elles se transforment en Ouragans, ils  balayent tout sur leurs passages et c'est avec courage que les habitants font face aux caprices de mère nature.
J'ai vraiment pris plaisir à vous lire tous les deux et j'ai réussi à ressentir les émotions différentes des deux parties du livre. Un amoureux de son pays et une passionnée de littérature qui se sent attirée par ses racines.
Ayant vécu deux années là-bas, j'ai encore des souvenirs pleins la tête et des images gravées dans mon esprit, je vous remercie pour ce moment de lecture très agréable et je pense que tous les amateurs de poésie vont adorer.    
 J'ai beaucoup aimé

 



Photo de Basse-Terre vu de la plage du Novotel du Gosier prise par moi en 2006

 Pour ceux qui désire le commander un simple clic en dessous.

Commandez ici


Auteurs 


Didier Hippon est auteur de deux recueils de poèmes : Au coeur de la rose et Comme un papier de feuillage, élu grand prix de la poésie 2013.




Virginie Krahn est une passionnée de littérature, elle écrit depuis son plus jeune âge, auteur de L'homme à la redingote.
Après avoir écrit et publié le recueil de poèmes La Vie, l’amour, la mort, qui sortira sous une nouvelle version aux Éditions Edilivre courant 2018, Virginie Krahn a pu tisser des liens poétiques avec Didier Hippon.
 Ensemble, ils ont abouti au projet d’écriture Papiyon.