Membres

jeudi 23 mars 2017

Du feu de l'enfer de Sire Cedric




4° de couverture 




Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et sœur.
Un jour, l'une des combines d'Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle.
Lorsque les assassinats les plus sordides s'accumulent autour d'eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s'intéresse à leur cas.
Commence alors une traque qui brouillera les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l'épreuve les liens du sang.

Mon ressenti

 Complétement envoutée par ce roman noir, je suis passée du côté obscur et ça m'a fait un bien fou, ça me permets de ressortir toute la haine que j'ai au fond de mon esprit.
 Dans cette histoire on a du mal à reprendre son souffle car il y a beaucoup d'actions et des rebondissements à chaque page.
Manon et son frère Ariel vont devoir affronter le mal absolu et une bonne dose de souffrance qui ne va pas les épargner. 
On pense que certains personnages sont du bon côté et ben pas du tout, j'ai été abasourdi par des événements auxquels je ne m'attendais pas du tout.
Une plume bien sanglante et du plus profond des abysses, Sire Cédric nous emporte dans une aventure mystérieuse où une secte satanique sème la mort autour d'elle et efface les traces et les témoins.
J'ai engloutie ce thriller, il est excellent et il laisse des traces accrochez-vous bien, pour ceux qui vont le commencer.
 J'ai encore quelques romans de Sire Cédric à lire dans ma bibliothèque, je vous en reparle bientôt.
Merci à vous qui suivez mes lectures, à bientôt.



Auteur

Né en 1974, le Toulousain Sire Cedric occupe depuis plusieurs années une place de choix sur la scène du thriller français.
Auteur de huit romans et de deux recueils de nouvelles, il a reçu le prix Masterton et le prestigieux prix du polar du festival de Cognac.

J'ai été heureuse de rencontrer pour la deuxième fois Sire Cedric à la foire du livre de Bruxelles 2017.

mardi 21 mars 2017

Principes mortels de Jacques Saussey

 
4 ° de couverture 
 
Eté 1979. Franck Servin, 18 ans, fuit le naufrage du foyer familial pour réviser son bac.
 Il trouve refuge chez son oncle et sa tante, dans une ferme isolée de la Creuse où quatre ans plus tôt, son cousin a trouvé la mort sur une route qu'il connaissait pourtant depuis son enfance.

Cette tragédie a ouvert une plaie qui ne s'est jamais refermée.
 Elle ronge insidieusement le cœur de ses proches et attend son heure pour frapper de nouveau. 
 
Mon ressenti 

Voilà encore un livre que j'ai dévoré car il est très prenant, une histoire de famille tragique qui m’a énormément plu. 
 Quand Franck part en vacances chez sa tante dans un petit village, il est loin de s'imaginer tout ce qu'il va devoir affronter car beaucoup de mystères tournent autour de son oncle et de sa tante.
Il fuit aussi un peu sa famille suite à des choses qu'il n'aurait jamais dû voir, la haine, l'alcool et la violence font beaucoup de mal à sa mère et à lui-même qui garde en lui une haine contre son paternel.
Tout en révisant son bac, il va devoir retourner dans son enfance, rencontrer de vieilles connaissances afin de découvrir la vérité.
 Les personnages de cette histoire sont très attachants et je n’oublie pas le chien qui va nous rapporter un bel indice.
 Ce qu'il va découvrir va changer Franck à jamais.
Une enquête qui va nous entraîner dans un village champêtre où les secrets vont se dévoiler au fil du temps jusqu'à ce que Franck soit adulte.
Dans ce roman noir, j'ai été happée par tous ces rebondissements, ce livre est surprenant et à la fin on se prend une bonne claque. C'est ça qui est trop bon. 
J'ai été très heureuse de rencontrer l'auteur pour la première fois à la foire du livre de Bruxelles, et je confirme que j'adore ses livres, ils sont terribles. 

Auteur 


Jacques Saussey à la foire du livre de Bruxelles

Jacques Saussey est un écrivain et un auteur de romans policiers.

Il a commencé à écrire ses premières nouvelles à 27 ans, en 1988. Deux nouvelles ont été primées dans des concours ("Quelques petites taches de sang" en 2002 aux Noires de Pau, et "Alfred Jarry est mort" en 2007) et une éditée en BD ("Le joyau du Pacifique", en 2007).

"La Mante Sauvage" est son premier polar. Son deuxième thriller "De Sinistre Mémoire" est paru en 2010 aux Éditions des Nouveaux Auteurs.

Actuellement il travaille comme cadre technique dans une grosse société.

Il a pratiqué le tir à l'arc de compétition pendant dix ans, de 1985 à 1995, avec à la clef un titre national individuel en 95 et un par équipe en 92.

Il vit dans l’Yonne.
 

Les pêcheurs d'étoiles de Jean-Paul Delfino



4° de couverture

Paris, 1925.
Dans le bouillonnement des années folles, deux hommes vont vivre une nuit d'exception.
A la poursuite d'une femme fantomatique et aimée, sur les traces de Jean Cocteau qui leur a volé l'argument d'un opéra, ils sillonnent la nuit parisienne, de la Closerie des Lilas au Père-Lachaise, de l'Opéra Garnier à la banlieue rouge.
Dans les méandres de la ville Lumière, ils vont dans une valse canaille durant laquelle ils croiseront Chagall et les époux Delaunay, Toulouse-Lautrec, Modigliani, Abel Gance, Chaplin ou encore la mémoire d'Apollinaire.
Dans cette course folle, ils vont refaire le monde, rêver de gloire, pêcher le grand requin blanc sur les rives de la Seine, se promener à dos de girafe ou partir vers l'inconnu à bord d'une locomotive Pacific.
Ces deux hommes, dont le génie n'est pas encore reconnu, se nomment Blaise Cendrars et Éric Satie.
Ensemble, ils vont se trouver et se perdre, tenter de réenchanter le monde, jusqu'au bout de la nuit.


Mon ressenti


Deux artistes dont le destin a décidé de les rapprocher vont en une nuit créer un lien indestructible. Ils ont deux chemins de vie totalement différents mais en se racontant leurs parcours, ils vont traverser la ville de Paris et rencontrer des personnes mystérieuses.
J’ai vraiment adoré cette atmosphère et je me suis bien amusée avec les récits et les bêtises de nos deux compères, Éric Satie  recherche une femme en pleine nuit car son cœur est déchiré par cette fameuse Biqui, dommage car on ne saura jamais si elle existe en vrai où dans ses pensées.
C’est une magnifique histoire d’amitié qui restera dans mon esprit car en lisant ce livre, je peux confirmer que nous sommes tous des pêcheurs d’étoiles.
Certains passages sont totalement délirant surement les effets de la boisson que nos deux compères ingèrent pendant leur nuit de folie qui s’échappent du roman.
J'ai vraiment apprécié cette lecture qui m'a emporté très loin et c'était vraiment plaisant, un petit retour dans le passé où les gens vivaient différemment, ça m'a fait du bien. 
Si vous n’avez pas encore essayé, je vous conseille vivement de lire ce livre car il est magique.



Auteur 

Jean-Paul Delfino à la foire du livre de Bruxelles

Jean-Paul Delfino, né à Aix-en-Provence en 1964, est romancier et scénariste.
Après un début de carrière dans le journalisme, il n’a cessé, depuis, dans de nombreux 
ouvrages, de se consacrer à ses trois passions : la littérature, le Brésil, et sa musique…

Après la parution de plusieurs romans policiers et l’écriture de pièces radiophoniques pour Radio France, Jean-Paul Delfino a entamé la publication d’une série romanesque consacrée à l’histoire du Brésil, intitulée Suite brésilienne, qui compte à ce jour neuf romans.

En 2005 a paru Corcovado (Métailié, Prix Amerigo Vespucci 2005, Prix Gabrielle d’Estrées 2005)
, qui initie la série, et met en scène un jeune Marseillais des années 1920 découvrant Rio de Janeiro. En 2006, avec Dans l’ombre du Condor (Métailié), on retrouve les personnages principaux de Corcovado, au Brésil, dans les années 60, alors que le pays est sous l’emprise du Plan Condor, et que naît la bossa nova. Samba triste (Métailié) paraît l’année suivante, retraçant la fin des années de la dictature.
 
À partir de 2009, Jean-Paul Delfino enrichit sa Suite brésilienne et revisite les origines de
cette nation. Il a publié Zumbi (Buchet-Chastel) qui plonge le lecteur dans le Brésil du XVIIe siècle. Avec Pour tout l’or du Brésil (Le Passage, 2011), ce sont les grandes heures de la ruée vers l’or qu’il évoque, autant que l’influence de la domination portugaise et des intrigues de cour. Le roman Pour l’amour de Rio (Le Passage, 2012), quant à lui, relate l’épisode de l’installation à Rio de Janeiro de la famille royale portugaise, chassée de Lisbonne par l’invasion des troupes napoléoniennes. Brasil, paru en 2013 (Le Passage) se déroule sous le règne du premier empereur du Brésil, héritier des Bragance, dans un pays qui n’aspire plus qu’à la modernité. Saudade, paru en 2014 (Le Passage), se situe à l’aube du XXe siècle, tandis que l’esclavage vit ses dernières heures et que Rio de Janeiro devient peu à peu une métropole au rayonnement international. 12 rue Carioca, enfin, paru en 2015 (Le Passage), fait voyager le lecteur de Rio de Janeiro à Marseille, et l’entraîne dans une France et un Brésil prêts à entrer dans le XXe siècle…
Jean-Paul Delfino a aussi publié trois anthologies de la musique brésilienne : Brasil bossa nova (1988), Brasil : a musica (1998) et Couleurs Brasil, une histoire de la musique brésilienne en 40 chanson (2014).
Son nouveau roman, Les Pêcheurs d’étoiles, paraît en septembre 2016 pour la rentrée littéraire. Sur les traces d’Erik Satie et Blaise Cendrars, Jean-Paul Delfino invite ses lecteurs à plonger dans le Paris des Années folles.

( éditions Le Passage)

samedi 18 mars 2017

Les violeurs d'âme (le psychopompe), de Dominique Maisons



4° de couverture 

Agressée par un vagabond, Alice, prof sans histoire, croit devenir folle: son assaillant ressemblait trait pour trait à son défunt mari.
Elle s'engage alors dans une enquête où réalité et délire paranoïaque se mêlent, jusqu'à se confondre.



Mon ressenti 


Mon premier livre et aussi le premier livre de Dominique Maisons enfin lu, j'avance tranquillement mais sûrement.
Une histoire qui nous emporte dans une enquête très complexe car nous avons affaire à des êtres vivants mais certains sont très morbides et c'est peu dire.
 J'ai vraiment lu très doucement donc je peux dire que je l'ai dégusté ce polar.
 Il m'a vraiment transporté dans des lieux sauvages et angoissants en plein milieu de la jungle en Afrique où j'ai compris grâce à la mère d'Alice ce qu'il c'est vraiment passé et le pourquoi des choses qui se réalisent actuellement dans cette histoire.

 Le flic, Victor est un personnage très perspicace et prêt à tout pour découvrir la vérité et jusqu'à la fin, il ne lâche pas l'affaire malgré toutes les embûches qui vont se mettent devant eux, lui et Alice se sont bien trouvé car un lien va les unir.
Je peux quand même dire qu’à la fin une grosse claque m’a frappé car je ne m’y attendais vraiment pas.

Ce livre est très fascinant et angoissant, quelques passages bien gores comme j'aime, des moments où le paranormal fait surface ce qui est loin d'être déplaisant pour moi car ça me plaît beaucoup.
Je vous le conseille vivement pour ceux qui ne l'ont pas encore lu, c'est une pépite.
Bravo et merci à l'auteur pour ce moment magique.



Auteur 


Dominique Maisons est né en 1971. Il a été éditeur de presse, traducteur de bande-dessinée, a travaillé 10 ans dans la musique, a coproduit un long métrage (un thriller franco-chinois, L’œil du silence ) ainsi que les DVD de La Vie privée des animaux de Patrick Bouchitey… Il a surtout vu son premier thriller couronné du Grand Prix VSD du polar 2011 : Le Psychopompe (réédité chez Pocket sous le titre Les Violeurs d’âme ).